قصائد وأمداحمقالاتمناسبات

BOURDATOU AL-MADÎH

BOURDATOU AL-MADÎH

De l’imam AL-BOUSSIRÎ

Traduite par l’humble disciple et compagnon du Cheikh Tidjany (AASL)

Mustapha Benmoussa

Par référence au besoin à l’exégèse du poème par l’illustre alem

Brahim Al-bajoulî

Les élongations des voyelles ont été indiquées par l’accent ^

Est-ce que le souvenir des voisins de ‘dhy-salami’ ***

T’a amené à pleurer des larmes et du sang

Amine tadhakkouri jîrânine bi-dhy salami***masajta dam-an jarâ mine mouqlatine bidami

(‘dhy-salami’ est un endroit entre la Mecque et Médine ; par voisins il veut dire les bien-aimés)

Est-ce que le vent soufflant du côté de Kâdhéma ***

Est-ce que la lueur de l’éclair venant du côté du mont idam

(‘kadhéma’ est le nom d’un endroit et on a dit un point d’eau ; le mont idam à Médine)

Am habbatir-rîhou mine tilqâi kâdhimatin***wa awmadal-barqou fy-dh-dhalmâi mine idami

Pourquoi lorsqu’on dit à tes yeux de s’arrêter, ils regardent dans le vague ***

Et quand tu dis à ton cœur de se réveiller, il se met à divaguer

Famâli aynayka in-qoulta kfoufâ hamatâ***wamâli qalbika in-qoulta stafiq yahimi

Est-ce que l’amoureux croit que l’amour est dissimulé ***

Entre le contenu et l’enflammé

Ayahsibou assabbou anna-houbba mounkatimoun***mâ bayna mounsajimine minhou wamoudtarimi

N’était l’amour, tu n’aurais pas déversé de larmes ****

Sur les ruines, et tu n’aurais pas d’insomnie en souvenir du ‘’bâne’’ et du ‘‘alam’’

(Le ‘bane’ est un arbre dont on extrait un parfum, et le ‘alam’ un mont ; les deux se trouvant là où était le bien-aimé)

Lawlâ al-hawâ lam touriq dam-an alâ talali***walâ ariqta lidhikri al bâni wal-alami

Et tu ne serais pas emprunt des couleurs des larmes et de la maladie***

Par le souvenir des campements et des habitants des campements

Wa lâ a-âratka lawnay abratine wa danâ***dhikrâ-lkhiyami wa dhikrâ sâkini al-khiyami

Comment pourrais-tu renier l’amour après les affirmations ***

Des témoins des larmes et de la souffrance

Fakayfa tounkirou houbban ba-eda mâ chahidat ***bihi alayka oudoulou addame-i wassaqami

Et la passion a été confirmée par les traces des larmes et de l’épuisement***

Telles le ‘bahar’ et le ‘anam’ sur tes joues

(Le ‘bahar’ est un arbre qui donne des fleurs jaunes, couleur de la tristesse ; le ‘anam’ est un arbre qui a des branches ou des fleurs rouges)

Wa athbata al-wajdou minka khattay abratine wa danâ***mithla al-baâri alâ khaddayka wal-anami

Certes, l’image de celui que j’aime a filtré et m’a donné insomnie***

Et l’amour oppose la souffrance aux plaisirs

Na-am sarâ tayfou man ahwâ fa-arraqany***wal-houbbou yaetarido al-ladhâti bil-alami

Mon pardon à toi qui me désapprouve dans la passion chaste ***

Si tu avais été équitable, tu ne m’aurais rien reproché

Yâlâ-imy fil-hawâ al-oudhriyi ma-edhiratane***minny ilayka walaw ansafta lam taloumi

Tu es au fait de mon état, mon secret n’est point à l’abri ***

Des dénonciateurs et mon mal n’est point soustrait

Adatka hâly lâ sirry bimoustatiri***ani-al-wouchâti wala dâ-î bimounhassimi

Tu m’as sincèrement donné conseil, mais je ne peux guère l’écouter***

L’amoureux est sourd vis-à-vis des désapprobateurs

Mahhadtany annous-ha lâkine lastou asma-ouhou***inna al-mouhibba ani-al-oudh-dhali fî samamy

J’ai inculpé le conseil réprobateur des cheveux blancs ***

Alors que leur conseil sur l’amour est le plus loin de tout soupçons

Inny ittahamtou nassîha ach-chaîbi fî adhali***wa-ach-chaîbou abe-adou fy noushine anit-touhami

Ma psyché ordonnant le mal, ne s’est point remise ***

De son ignorance par les avertissements des cheveux blancs et de la vieillesse

Fa-inna ammâraty bissou-i mâ-tta-adhat***mine jahlihâ binadhîri ach-chaîbi wal-harami

Et elle ne s’est appropriée d’aucune bonne action à titre d’hospitalité ***

Pour un hôte qui s’est emparé de ma tête sans pudicité aucune

Wa lâ a-addat mine jamîli al-fi-eli qirâ***dayfine alamma bira-essy ghayra mouhtachimi

Si je ne savais que je manquerais à son respect***

Je n’aurais dissimulé de secret qui me semblerait dissimulable

Law kountou a-elamou anny mâ ouwaqqirouhou***katamtou sirrane badâ ly minhou bil-katami

Comment pourrais-je dompter les caprices de son égarement ***

A l’mage des rennes qui retiennent les chevaux

Man-ly biraddi jimâhine mine ghawâyatihâ ***kamâ touraddou jimâhou al-khayli billoujoumi

N’essaie pas de briser ses désirs fougueux avec l’appétence ***

Car la nourriture accroit d’avantage le désir du glouton

Falâ taroum bil-ma-âssy kasra chahwatihâ***innat-ta-âma youqawwy chahwata annahimi

Et la psyché est telle un enfant, si tu le négliges il grandit ***

Avec l’attachement à l’allaitement, et si tu le sèvres, il est sevré

Wan-nafsou ka-attifli in touhmilhou chabba alâ***houbbi ar-radâ-i wa intaftimhou yanfatimi

Expulse sa passion et garde toi de la suivre ***

Car si elle vient à dominer, elle rend sourd ou elle déshonore

Fa-srif hawâha wa hâdhir an touwalliyahou***inna-lhawâ mâ tawallâ yousmi aw-yassimi

Surveille-la quand elle erre dans ses vacations ***

Et si elle se plait dans la pâture, ne l’y abandonne pas

Wa râ-ihâ wa-hya fil-a-emâli sâimatoun***wa in-hiya stahlatil-mar-â falâ toussimi

Combien de fois a-t-elle embelli pour l’individu un plaisir mortel ***

Alors qu’il ne pensait pas que le poison pouvait être dans l’adipeux

Kam hassanat ladh-dhatan lilmar-i qâtilatan ***mine haythou lam yadry anna-ssoumma fîd-dassami

Et crains les intrigues de la faim et du rassasiement ***

La famine pourrait être plus nocive que le rassasiement

Wa-khchad-dassâ-issa mine jou-ine wa mine chibaine***fa roubba makhmasatine charroun minat-toukhami

Et fais couler les larmes d’un œil qui s’est engorgé ***

D’illicéités et maintiens-toi sous la protection des remords

Wa-stafrighid-dam-a mine aynine qadi-mtala-at***minal-mahârimi wal-zam himyatan-nadami

Et enfreins le vouloir de la psyché et de Satan, et désobéis à eux ***

Car tu es bien à connaitre les manigances de l’adversaire et de l’arbitre

Walâ toutie minhoumâ khasman walâ hakama***fa-anta ta-erifou kaydal-khasmi wal-hakami

Je demande expiation pour la parole sans action ***

Sinon j’aurais affecté une descendance à un être stérile

Astaghfiro-llâha mine qawline bilâ amaline***laqad nassabtou bihi naslan lidhî ouqoumi

Je t’ai recommandé le bien alors que je ne m’y suis guère astreint ***

Et je n’ai point été dans la probité, comment pourrais-je te la demander

Amartoukal-khayra lâkine mâ-etamartou bihi***wamâ-staqamtou famâ qawly laka-istaqimi

Et je ne me suis pas approvisionné en œuvres surérogatoires avant la mort ***

Alors que je n’ai pratiqué que la salat et le jeune prescrits

Walâ tazawwadtou qabla-lmawti nâfilatan***wa lam oussalli siwâ fardine wa lam assoumi

J’ai été injuste à l’égard de la sunna de celui qui a ranimé la nuit au point ***

Qu’il a fait plaindre ses pieds du mal des tuméfactions

Dhalmtou sounnata man ahyadh-dhalâma ilâ ***ani-chtakat kadamâhou addora mine warami

Et avec la faim il a du se serrer les entrailles et s’y est astreint ***

Des mets copieux avec la pierre sur le ventre

Wa chadda mine saghabine ahchâaou wa tawâ ***tahtal-hijârati kachhan moutrafal-adami

Et quand des hautes montagnes en or ont essayé de l’infléchir ***

Il leur a fait état d’une fierté sans égale

Warâwadathou-ljibâlou ach-choummou mine dhahabin***an-nafsihi fa-arâha ayyamâ chamami

Alors que le besoin impérieux qu’il en avait, a fait distinguer son ascétisme ***

Car l’exigence ne peut guère affecter les invulnérables

Wa akkadat zouhdahou fîhâ darouratouhou***innad-darourata lâ ta-edou alâ-l-issami

Mohammed le sieur des deux univers, des humains et des djinns ***

Et des deux ensembles des arabes et des non-arabes

Mohammadoun saïdou-lkawnaïni wa-thaqalaïn***wal-farîqayni mine ourbine wa mineajami

Notre Prophète qui prône et exhorte, et que personne ***

Ne peut égaler en dires ni en actions

Nabiyounâ al-âmirou an-nâhî falâ ahadoun***abarra fî qawli lâ minhou wa lâ na-ami

Il est le bien-aimé dont on espère l’intercession ***

Pour tout effroi auquel on peut être confronté

Houwa-lhabîboul-lathî tourjâ chafâ-atouhou***likouli hawline minal-ahwâli mouqtahami

Il a appelé à Allah, et ceux qui se sont attachés à lui ***

Ils se sont attachés à un lien inébranlable

Da-â ilâ-llahi fal-moustamsikouna bihi ***moustamsikouna bihabline ghayrou mounsarimi

Il a surpassé les Prophètes physiquement et moralement ***

Et ils ne l’ont guère approché en savoir ni en altruisme

Fâqa-annabî-îna fî khalqine wa fî khoulouqi***walam youdânouhou fî ilmine wa lâ karami

Et tous, sollicitent du Messager d’Allah ***

Un puisage de sa mer ou une petite gorgée de sa pluie battante

Wa koullouhoum mine rassouli-llahi moultamissoun***gharfane minal-bahri aw rachfane minad-diyami

Et vis-à-vis de lui, ils s’arrêtent à leurs limites ***

Une goutte de savoir ou un aspect de sagesse

Wa wâqifouna ladayhi inda haddihimou min*** nouqtatil-ilmi aw mine chaklatil-hikami

C’est lui qui a eu la complétude de l’immatériel et de la physionomie ***

Et qui a été choisi comme bien-aimé par le Créateur des êtres

Fahwa-lladhî tamma maenâhou wa souratouhou***thoumma-stafâhou bâri-ou-nnassami

Ses mérites ne peuvent être partagés ***

L’essence de la beauté est incarnée en lui, sans partage

Mounazzahoun ane charîkine fî mahassinihi***fajawharoul-housni fîhi ghayrou mouqtassami

Évite ce que les chrétiens ont allégué à leur Prophète ***

Et fais à ta guise l’éloge et l’arbitrage de ses mérites

Dae mâd-da-athou-nnassarâ fî nabiyyihimou ***wa hkoum bima chi-eta madhane fîhi wa-htakimi

Et affecte à son entité ce que tu veux comme noblesse ***

Et affecte à sa notabilité la grandeur que tu veux

Wa-nsoub ilâ dhâtihi mâ chi-eta mine charafin***wa-nsoub ilâ qadrihi mâ chi-eta mine idhami

Car la suprématie du Messager d’Allah n’a pas de limite ***

Pour qu’on puisse l’exprimer par le verbe

Fa inna fadla rassouli-llâhi laysa lahou haddoun ***fa youeriba anhou nâtiqoun bifami

Si ses prodiges venaient à égaler en grandeur son prestige ***

Son nom aurait ressuscité les vielles sépultures

Law nâssabat qadrahou âyâtouhou idhaman ***ahyâ ismouhou dârissa arrimami

Il ne nous a point mis à l’épreuve avec ce qui dépasse nos esprits ***

Par ménagement pour nous, et ainsi nous n’avons guère douté ni divagué

Lam yamtahin- nâ bimâ taeyâl-ouqoulou bihi***hirsan alaynâ falam nartab walam nahimi

Les êtres n’ont pu comprendre ses abstractions et on ne peut trouver***

Ni de près ni de loin que des pleinement convaincus

Aeyâ al-warâ fahmou mâenahou falaysa youra***fil-qorbi wal-bouedi fîhi ghayrou mounfahimi

A l’image du soleil qui te parait de loin ***

Très réduit alors qu’il aveugle l’œil qui lui fait face

Kach-chamsi tadharou lil-aynaïni mine bou-oudin***saghîratan wa toukillou at-tarfa mine amami

Et comment pourraient percevoir sa quiddité ici-bas***

Un peuple endormi qui s’est distrait de lui avec le rêve

Wa kayfou youdrikou fîd-dounyâ haqîqatahou***qawmoun niyâmou tassallaw anhou bil-houloumi

Tout ce qu’on peut savoir de lui c’est qu’il est un humain***

Et qu’il est le meilleur de toutes les créatures d’Allah

Famablaghoul-ilmi fîhi annahou bacharoun ***wa annahou khaïrou khalqi-llahi koullihimi

Et tout prodige révélé par les nobles Messagers***

N’est qu’une transmission à eux, de son illumination

Wa koullou âyine atâr-rouslou al-kirâmou bihâ***fa-innamât-tassalat mine nourihi bihimi

Car il est le soleil de la faveur, et ils en sont les planètes***

Qui reflètent aux gens ses lumières dans les obscurités

Fa-innahou chamsou fadline houm kawâkibouhâ***youdh-hirna anwâraha linnâssi fîdh-dhoulami

Quelle belle physionomie d’un Prophète embelli par les mœurs***

Enveloppé de beauté et qualifié de jovialité

Akrim bikhalqi nabiyine zâdahou khoulouqou ***bil-housni mouchtamili bil-bichri mouttassimi

A l’image du faste des fleurs et de la noblesse de la pleine lune***

Et de la générosité de l’océan et des ferveurs de l’éternité

Kaz-zahri fî tarafine wal-badri fî charafine ***wal-bahri fî karamine wad-dahri fî himami

Tout en étant unique dans sa magnificence ***

Tu crois qu’il est au milieu d’une armée et de serviteur

Ka-annahou wahwa fardoun fî jalâlatihi***fî askarine hîna talqahou wa fî hachami

A l’image des perles enchâssées dans leurs coquillages***

A la source de son parler et de son sourire

Ka-annamâ al-loue-lou-ou al-maknounou fî sadafin***mine maedinay mantiqine minhou wa moubtassami

Pas un parfum ne peut égaler une terre qui a enveloppé sa sépulture***

Quelle béatitude pour celui qui l’a inhalée ou qui l’a embrassée

Lâ tîba yaedilou tourban damma aedhoumahou ***yâ tîba mountachiqine minhou wa moultathimi

Sa venue au monde a révélé l’exquis de son ethnie***

Son début étant aussi exquis que sa fin

Abâna mawlidouhou an tîbi ounsourihi***yâ tîba moubtada-ine minhou wa moukhtatami

Un jour où les perses, par clairvoyance ont été ***

Avertis de l’avènement des misères et des revanches

Yawmoun tafarrassa fîhi al-foursou annahoumou***qad oundhirou bihoulouli al-bou-essi wan-niqami

Et le palais de Khosrô devint tout fissuré***

A l’image de ses compagnons discordés

Wa bâta îwânou kisra wahwa mounsadioun***ka chamli ashâbi kisrâ ghayrou moulta-imi

Et le souffle de leur feu fut éteint par le chagrin pour lui***

Et la rivière éparpillée et perdant sa source

Wan-nârou khâmidatoul-anfâssi mine assafin***alayhi wan-nahrou sâhil-ayni mine sadami

Et la région de Sîwa fut infligée par le rabougrissement de sa lagune ***

Et celui qui est y venu pour apaiser sa soif fut refoulé en dépit

Wa sâ-a sâwâta an ghâdat bouhaïratouha***wa roudda wâridouha bil-ghaydhi hîna dhami

Comme si le feu avait été mouillé par l’eau***

Et de chagrin, l’eau enflammée par le feu

Ka-annamâ bin-nâri mâ bil-mâ-i mine balalin***houznane wa bil-mâ-i mâ bin-nâri mine darami

Les djinns clamaient et les lumières étincelaient***

Et la vérité éclate par l’attitude et le verbe

Wal-jinnou tahtifou wal-anwârou sâti-atoun***wal-haqqou yadh-harou mine maenan wa mine kalimi

Ils ont été aveugles et sourds, et la déclaration des bonnes annonces ***

N’a pas été entendue et le reluis de la monition n’a guère été ressenti

Amou wa sammou fa-ielânou al-bachâ-iri***lam tousmae wa bâriqatou al-indhâri lam touchami

Après que les gens ont été informés par leur divinateur ***

Que leur religion déviée ne peut s’ériger

Mine baedi mâ akhbaral-qawma kâhinouhoum***bi-anna dînahoumou al-mouewajja lam yaqoumi

Et après qu’ils ont constaté de visu des météores depuis le ciel***

S’abattre sur les fétiches sur terre

Wa baeda mâ âyanou fil-oufqi mine chouhoubin***mounqaddatine wafqa mâ fî al-ardi mine sanami

Au point qu’à l’encontre de la voie de la Révélation, étaient abattus***

L’un après l’autre les Satan, et mis en déroute

Hattâ ghadâ an tarîqil-wahyi mounhazimoun***mina-ch-chayâtini yaqfou ithra mounhazimi

Dans leur fuite ils ressemblaient aux héros d’Abraha ou ***

A des guerriers frappés des cailloux lancés par ses mains

Ka-annahoum haraban abtâlou abrahatine ***aw askaroun bil-hassâ mine râhatayhi roumi

Cailloux éjectés, après qu’ils aient glorifié Allah dans leurs paumes***

Comme le rejet par les entrailles de celui qui les a ingurgités

(Rappel le cas du Prophète Johanna)

Nabdhan bihi baeda tasbîhine bihimâ***nabdhal-moussabbihi mine ah-châ-i moultaqimi

Les arbres sont venus répondre à son appel, en prosternation***

En marchant vers lui sur une jambe sans pieds

Jâ-at lidaewatihil-achjârou sâjidatan***tamchî ilayhi alâ sâqine bilâ qadami

C’est comme s’ils ont tracé un écrit***

Par leurs branches, d’une merveilleuse calligraphie, droit au milieu du chemin

Ka-annamâ sattarat satran limâ katabat***fourou-ouhâ mine badî-il-khatti fîl-laqami

Tel le nuage qui le suit là où il va***

Pour le protéger de l’ardeur cuisante du soleil de la mi-journée

Mithla al-ghmâmati annâ sâra sâiratane***taqîhi harra watîssine lil-hajîri hami

Le loyalisme est dans la caverne avec le Siddiq (le loyal), inséparables ***

Alors qu’eux, disaient qu’il n’y a pas d’êtres dans la caverne

Fas-sidqo fîl-ghâri was-siddiqou lam yarimâ***wa houm yaqoulouna mâ bil-ghâri mine arimi

Ils ont cru que la colombe et que l’araignée ***

Ne peuvent tisser ni planer autour du meilleur de la création

Thannou al-ghamâma wa thannou al-ankabouta alâ***khayril-bariyati lam tansouj wa lam tahoumi

La protection d’Allah a rendu superflu tout surcroit ***

De boucliers et de hautes forteresses

WiqâyatouL-lâhi aghnat an moudâafatine minad-dourou-i wa ane âline minal-outoumi

Je n’ai point subi de contraintes par les circonstances, et je n’ai point fait appel à son secours***

Sans obtenir de sa part une assistance inattaquable

Mâ sâmanîd-dahrou dayman wa-stajartou bihî***illâ waniltou minhou jiwâran lam youdami

Et je n’ai point recherché l’autosuffisance dans les deux mondes, auprès de lui***

Que je n’ai obtenu le privilège de la part du meilleur mécène

Wa lâl-tamastou ghinâd-dârayni mine yadihi ***illâ-stalamtou annadâ mine khayri moustalami

Ne renie pas la Révélation à lui par le rêve, car il a un cœur***

Qui ne s’endort point quand les yeux sont en sommeil

Lâ tounkiril-wahya mine roueyâhou inna lahou qalban ***idhâ nâmati al-aynâni lam yanami

Et ce au début de sa Prophétie***

Et on ne peut renier aucun rêve rapporté de lui

Wa dhâka hîna bouloughine mine noubouwwatihi***falaysa younkarou fîhi hâlou mouhtalimi

Allah soit béni, la Révélation ne peut être acquise par soi-même ***

Et un Prophète ne peut être accusé par la révélation de l’inconnu

Tabârakal-lâhou mâ wahyoun bimouktassabi***wa lâ nabiyoun alâ ghaybine bimouttahami

Que de malades ont été guéris par le toucher de sa main ***

Que d’ensorcelés par les djinns ont été délivrés par lui

Kam abra-at wassiban billamsi râhatouhou***wa atlaqat ariban mine ribqati al-lamami

Que de fois une année de sécheresse a été revivifiée par son invocation***

Au point où elle a été considérée parmi les meilleures en récoltes

Wa ahyatis-sanata ach-chahbâ-a daewatouhou***hattâ hakat ghourratan fîl-aessouri addouhoumi

Par de généreux nuages qui ont transformé les vallées***

En fleuves d’une crue ou des flots du barrage ‘al-arim’ détruit

(‘al-arim’) le grand barrage bien fortifié construit par la reine Belqiss de Saba du temps de Salomon

Bi-âridine jâda aw khiltal-bitâha bihâ***sayboun minal-yammi aw saylou minal-arami

Comment ne pas citer des miracles qui se sont manifestés***

Tel que le feu d’invitation hospitalière, brillant la nuit sur une montagne

Daeny wawasfîya âyâtoun lahou dhaharat***dhouroura nâril-qirâ laylan alâ alami

Alors que les perles sont encore plus belles quand elles sont bien arrangées***

Et que leur valeur n’est pas diminuée quand elles ne le sont pas

Fad-dourrou yazdâdou housnan wahwa moutadhimoun***walaysa yanqoussou qadran ghayra mountadhimi

Quelle impertinence de ma part que de tenter de faire l’éloge ***

De ce qu’il (le Prophète) a comme prestigieuses qualités

Famâ tatâwoulou âmâlil-madîhi ilâ ***mâ fîhi mine karamil-akhlâqi wa-ch-chiyami

Des versets véridiques créés par le Tout-Miséricordieux***

Tout en étant ancestral à l’image de l’Unique qui a qualité d’Immémorial

Ayâtou haqqine minaR-rahmâni mouhdathatoun *** qadîmatoun sifatal-mawsoufi bil-qidami

Indépendants du temps, ils nous informent ***

Sur le retour du Jour Dernier, sur le peuple d’Ad et sur celui d’Iram

Lam taqtarine bizamânine wahiya toukhbirounâ ***anil-ma-âdi wa an âdine wa an irami

Ils ont pérennité chez-nous et ont dépassé tous les miracles ***

Des Prophètes, qui sont avenus et n’ont pas duré

Dâmat ladaynâ fafâqat koulla mouejizatine ***mina-nabî-îna ith jâ-at walam tadoumi

Ils sont d’une grande éloquence, et ne laissent pas d’équivoque***

Pour celui qui cherche la discorde, n’essaie pas l’arbitrage avec lui

Mouhakkamâtou famâ toubqîna mine choubahine ***lithy chiqâqine wamâ tabghîna mine hakami

Ils n’ont point combattu leur Révélateur, sans se voir refoulés***

Et que les pires ennemis y retournent avec résignation

Mâ houribate qattou illâ âda mine harabine***aedâ al-aâdî ilayhâ moulqiya as-salami

Leur éloquence a refoulé tout prétendant à leur réfutation***

A l’exemple du jaloux refoulant la main du coupable vis-à-vis du harem

Raddat balâghatouhâ daewâ mouâridihâ***radda-lghayouri yadal-jânî ani-lhourami

Ils ont des significations à l’étendue de l’océan***

Et bien au-delà de ses perles, en beauté et en valeur

Lahâ maânine kamawji-lbahri fî madadine ***wa fawqa jawharihi fîl-housni wal- qiyami

Leurs merveilles sont innombrables ***

Et ne peuvent donner de lassitude avec toutes les répétions qu’on peut en faire

Famâ tou-addou wa lâ touhsâ ajâibouhâ ***wa lâ toussâmou alal-ikthâri bis-saami

Ils donnent pleine sérénité à leur lecteur, et je lui dis***

Tu as gagné le moyen te menant vers Allah, y maintiens-toi

Qarrat bihâ aynou qârîhâ faqoultou lahou ***laqad dhafirta bihablil-Lâhi faetassimi

Si tu la récites avec la crainte de l’ardeur du feu de l’Enfer***

Ils éteignent l’ardeur du feu par l’eau fraiche venant de leur source

In tatlouhâ khîfatan mine harri nâri ladhâ***atfa-at nâra ladhâ mine wirdihâ ach-chabimi

Ils sont tels le Bassin qui fait blanchir les visages ***

Des désobéissants qui y viennent tels des braises

(Il s’agit du Bassin du Jour du Jugement Dernier par devant le Messager sidna Mohammed)

Ka-annahâl-hawdou tabyaddoul-woujouhou bihi***minal-oussâti wa qad jâouhou kal-houmami

Et tels la droiture du Sirate et la justice de la Balance***

Et sans eux les gens ne peuvent trouver de justice

Wa kassirâti wa kal-mîzâni maedalatan***fal-qistou mine ghayrihâ fîn-nâssi lam yaqoumi

Ne t’étonne pas d’un jaloux venant les dénigrer***

Par dépréciation alors qu’il est bien intelligent et doté de discernement

Lâ taejaban mine hassoudine râha younkirouhâ***tajâhoulan wahwa aynou al-hâdhiqil-fahimi

L’œil pourrait renier la lumière du soleil à cause du glaucome***

Et la bouche pourrait renier le gout de l’eau à cause de la maladie

Qad tounkirou al-aynou daweach-chamsi mine ramadin***wa younkiroul-famou taemal-mâ-i mine saqami

O toi la meilleure destination recherchée par les requérants ***

Qui accourent à pieds et à dos de chamelles en galop

Yâ khayra man yammama al-âfouna sâhatahou***saeyane wa fawqa moutounil-aynouqid-douhoumi

Lui qui est la plus grande merveille pour tous ceux qui recherchent un idéal***

Et qui est le plus grand bienfait pour tout bénéficiaire

Wa man howa al-âyatou al-koubrâ limouetabirine *** wa man howa

n-niematou al-odhmâ limoughtanimi

Tu t’es déplacé la nuit d’un Haram à un Haram***

A l’image de la pleine lune dans son déplacement dans l’obscurité profonde

Sarayta mine haramine laylan ilâ harami***kamâ sarâl-badrou fî dâjine mina-dh-dhoulami

Et tu t’es toujours élevé jusqu’à l’atteinte d’un niveau***

De rapprochement de deux doigts qui n’a jamais été acquis ou fait l’objet d’aspiration

Wa bitta tarqâ ilâ an nilta manzilatane ***mine qâbi qawsayni lam toudrak walam tourami

Et là, t’ont mis en avant, l’ensemble des Prophètes***

Et des Messagers, comme le feraient les serviteurs à l’égard de leur maitre

Waqaddamatka jamîoul-anbiyâi bihâ *** war-rousli taqdîma makhdoumine alâ khadami

Alors que tu leur faisais traverser les sept cieux ***

Dans un cortège où tu étais le porteur de l’étendard

Wa anta takhtariqous-sabea at-tibâqa bihim***fî mawkibine kounta fîhi sâhibal-alami

Jusqu’au point où tu as coupé court à tout souhait des concurrents***

Dans l’approche de la proximité ou dans l’ascension vers les élévations

Hattâ idhâ lam tadhae chaewane limoustabiqine***minad-dounouwwi walâ marqane limoustanimi

Tu as fait dévaloir tous les grades par la confrontation avec le tien, du fait***

Que tu as été appelé à la surélévation en tant que chef de haute distinction

Khafadta koulla maqâmine bil-idâfati idh***noudîta bir-rafe-i mithlal-moufradi al alami

Et ainsi tu as gagné la jonction extrêmement discrète ***

Pour les yeux et le secret amplement subreptice

Kaymâ tafouza biwasline ayyi moustatirine ***anil-ouyouni wa sirrine ayyou mouktatami

Et tu as acquis tout prestige, sans partage***

Et tu as dépassé tout statut, sans compétition de qui que ce soit

Fahouzta koulla fakhârine ghayra mouchtarakine ***wa jouzta koulla maqâmine ghayra mouzdahami

Glorieuse est la valeur de ce qui t’a été affecté comme rangs***

Et bien ardue est la compréhension des bienfaits dont tu as été doté

Wajalla miqdârou mâ woullîta mine routabine ***wa azza idrâkou mâ oulîta mine ni-ami

Quelle belle annonce pour nous, communauté de l’Islam, nous avons ***

Bénéficié d’un pilier de Sollicitude, inébranlable

Bouchrâ lanâ maecharal-islâmi inna lanâ***minal-inâyati rouknan ghayra mounhadimi

Lorsqu’Allah a fait appel à notre invitant pour lui faire allégeance***

Par le plus vénéré des Messagers, nous avons été la communauté la plus vénérée

Lammâ daâ Allaho dâînâ litâatihi ***bi-akramir-rousli kounnâ akramal-oumami

Les cœurs des ennemis ont été remplis d’effroi par les nouvelles de sa Messagerie***

Tel le hurlement de chiens qui auraient épeuré des moutons par surprise

Râat qolouboul-idâ anbâou biethatihi***kanabeatine ajfalat ghoflane minal-ghanami

Il n’a cessé de les confronter dans les champs de batail ***

Pour les transformer en lambeaux de chair, proie aux fauves et aux rapaces

Mâ zâla yalqâhoum fî koulli mouetarakin***hattâ hakaw bilqanâ lahmane alâ wadami

Ils ont bien voulu fuir et ont presque aspiré à être***

Tels les lambeaux de viande enlevés très hauts par les vautours

Waddoul- firâra fakâdou yaghbitouna bihi***achlâ-a châlat ma-a l-iqbâni war-rakhami

Les nuits passent sans qu’ils puissent les compter ***

Sauf si elles font partie des nuits des mois sacrés

Tamdîl-layâlî walâ yadrouna iddatahâ***mâ lam takoun mine layâlîl- ach-houri al- houroumi

Comme si la religion était un visiteur venu dans leur contrée***

Très brave et avide des chairs des ennemis des musulmans

Ka-annamâd-dinou dayfoun halla sâhatahoum ***bikoulli qarmine ilâ lahmil-idâ qarimi

Il fait suivre derrière lui une armée telle une mer, sur des élans rapides***

Qu’il jette telles des vagues déferlantes de héros

Yajourrou bahra khamîssine fawqa sâbihatine *** yarmî bimawjine minal-abtâli moultatimi

Des émissaires d’Allah totalement dévoués***

Qui assaillent et déracinent et réduisent à néant l’apostasie

Mine koulli mountadibine lillâhi mouhtassibi***yastou bimoustaessiline lilkoufri moustalimi

Et par eux la religion de l’Islam a retrouvé ***

Après sa solitude, ses liens de parenté avec les siens

Hattâ ghadat millatoul-islâmi wahya ***mine baedi ghorbatihâ mawsoulatar-rahimi

Parrainée éternellement à l’encontre des apostats, par le meilleur père***

Et le meilleur époux, plus compatissant que tous, pour elle

Makfoulatane abadane minhoum bikhayri abine ***wa khayri baeline falam taytame wa lam ta-imî

Ce sont les montagnes, demande à ceux qui se sont heurtés à eux***

Qu’est-ce qu’ils ont enduré dans toute bataille

Houmoul-jibâlou fassal anhoum moussâdimahoum ***mâdhâ ra-â minhoum fî koulli mostadami

Et demande aux combattants de ‘’Hounein’’, de ‘’Badr’’, et de ‘Ouhoud’’***

Les circonstances de leur extermination, plus funestes que les épidémies

Wa sal hounaïnane wa sal badrane wa sal ouhouda***foussoula hatfine lahoum adhâ minal-wakhami

Des épées telles des chamelles blanches, rougies après s’être abreuvées ***

Des ennemis, tous jeunes hommes aux cheveux noirs

Al-mousdirî l-bîdi homrane baeda mâ waradat ***mina al-idâ koulla mouswaddine mina alloumami

Les têtes de leurs lances, telles des plumes ponctuant les lettres***

Ont bien marqué tous les corps des mécréants

Wal-kâtibîna bisoumril-khatti mâ tarakat ***aqlâmouhoum harfa jismine ghayra moun-ajimi

Avec leurs armes bien aiguisées, ils ont une marque distinctive***

Et la rose se transcende bien sur l’acacia

Châkîs-silâhi lahoum chîmâ toumayizouhoum***wal-wardou yamtâzou bis-sîmâ ani as-salami

Les vents de la victoire viennent t’offrir les parfums de leurs conquêtes***

Et les braves te font penser aux fleurs qui éclosent de leurs bourgeons

Touhdî ilayka riyâhou n-nasri nachrahoumou*** fatahsabou az-zahra fil-akmâmi koulla kamî

Sur leurs chevaux ils sont tels des arbres sur les monts***

Par la grande poigne et non par les sangles

Ka-annahoum fî dhohouril-khayli nabtou roubâ***mine chiddatil-hazmi lâ mine chiddati al-houzoumi

Leur bravoure ont fait tressaillir de peur les cœurs des ennemis***

Au point qu’ils ne différentiaient plus les agneaux des vaillants guerriers

Târat qolouboul-idâ mine baessihim faraqane *** famâ toufarriqou baynal-bahmi wal-bouhoumi

Et celui qui est soutenu par le Messager d’Allah dans son triomphe***

Fait stupéfier les lions dans leurs forêts touffues

Wa man takoun birassouliL-lâhi nosratouhou*** in talqahoul-ousdou fî âjâmihâ tajimi

Et tu ne verras point un fidèle du Prophète non vainqueur***

Par lui, et un ennemi non fracassé

Wa lan tarâ mine waliyyine ghayri mountassirine ***bihi wa la mine adouwwine ghayri mounqassimi

Il a fait recueillir son Oma dans le talisman de sa confession***

A l’image du lion faisant abriter les lionceaux dans la forêt touffue

Ahalla oummatahou fî hirzi millatihi ***kal-laythi halla ma-al-achbâli fî ajami

Que de fois le Verbe d’Allah (Coran) a fait taire le polémiquant***

Sur lui (le Prophète), et le violent antagoniste par la preuve irréfutable

Kam jaddalat kalimâtouL-lâhi mine jadilin*** fîhi wa kam khassamal-borhano mine khassimi

Tu dois te suffire avec le miracle du savoir de l’illettré***

A l’époque antéislamique, et de l’éducation dans l’état d’orphelin

Kafâka bil-ilmi fîl-oummiyyi mouejizatane ***fî l-jâhiliyyati wat-taedîbi fî l-youtoumi

J’ai essayé de le servir par des éloges pour me faire libérer***

Des péchés d’une vie passée dans la poésie et la servilité

Khadamtouhou bimadîhine astaqîlou bihi***dhounouba omrine madâ fî ch-chieri wal-khidami

Qui m’ont chargé de ce dont on doit craindre les conséquences***

Et m’ont fait tel un bétail en offrande

Idh qalladâniya mâ toukhchâ awâqibouhou ***ka-annanî bihimâ hadyoun mina-naami

J’y ai suivi les fourvoiements de la jeunesse et je ***

N’en ai récolté Que les méfaits et le vif regret

Ataetou ghayyas-sibâ fîl-hâlatayni wa mâ***hassaltou illâ alâl-âthâmi wan-nadami

Quelle perte pour telle âme dans son négoce***

Qui n’a pas vendu la religion pour l’ici-bas, et n’y a point négocié

Fayâ khassarata nafssine fî tijâratihâ***lam tachtarid-dîna bid-dounyâ wa lam tassoumi

Et celui qui cède le bien futur pour le bien présent***

Perçoit la duperie dans ce qu’il a cédé à l’avance et ce qu’il attend à terme

Wa man yabie âjilane minhou bi-âjilihi***yabine lahoul-ghabnou fî bay-ine wa fî salami

Mais avec les péchés que j’ai commis, mon pacte n’est point rompu***

Avec le Prophète, et mon lien n’est point coupé

In âti dhanbane famâ ahdî bimountaqidine ***mina-nnabiyyi wa lâ hablî bimounsarimi

J’ai de lui, une garantie avec ma dénomination ***

Mohammed (le bien méritant), et le meilleur garant des cautions

Fa-inna lî dhimmatane minhou bitasmiyatî *** mohammadane wahwa awfâl-khalqi bidh-dhimami

S’il n’intervient pas en ma faveur dans l’au-delà***

Par faveur, il faut dire que je perdrai complètement pieds

In lam yakoun fî ma-âdî âkhidhane biyadî *** fadlane wa illâ faqol yâ zallatal-qadami

Loin de lui la privation de celui qui espère en ses hautes qualités***

Ou qui fait refouler bredouille celui qui demande refuge auprès loin

Hâchâhou ane yahrimar-râjî makârimahou***aw yarji-al-jâro minhou ghayro mouhtarami

Et dès lors que j’ai donné assiduité à mes pensées pour ses éloges***

J’ai trouvé en lui le meilleur garant pour mon salut

Wa moundou alzamtou afkârî madâ-ihahou ***wajadtouhou likhalâssî khayrou moultazimi

Et ne manquera point d’abondance de lui, une main dépourvue et collée à la terre***

La pluie fait bien pousser les fleurs sur les hauts reliefs

Wa lan yafouta al-ghinâ minhou yadan taribat***inna-lhayâ younbitoul-azhâra fîl-akami

Et je n’ai point recherché la fleur d’ici-bas, qui a été cueillie ***

Par la main de Zouheir (le célèbre poète) avec les éloges du grand généreux (ben hayane)

Walam ourid zahratad-dounyâ allatî iqtatafat *** yadâ zouhaïrine bimâ athnâ alâ harimi

Ô toi le plus généreux des Messagers, je n’ai point d’autre refuge ***

Que toi lors de l’événement général et funeste (du Jour du Jugement)

Yâ akramal-khalqi mâlî man aloudhou bihî ***siwâka inda houloulil-hâdithil-amimi

Le haut prestige du Messager d’Allah n’aura pas de restriction pour moi ***

Quand Le Munificent fera apparaître Son Nom de Réprobateur

Wa lan yadîqa rassoulaL-lâhi jâhouka bî ***idhâl-karîmou tajallâ bismi mountaqimi

Font partie de ta bienveillance, l’ici-bas et sa coépouse (l’au-delà) ***

Et de tes connaissances, le savoir du Livre et de la Plume

Fa-inna mine joudikad-dounyâ wa dârrataha***wa mine ouloumika ilmou allawhi wal-qalami

Ô psyché, ne désespère pas avec l’ampleur de tes imparités***

Les grands péchés sont comme les mineurs pour l’absolution

Yâ nafso lâ taqnatî mine zallatine adhoumat***innal-kabâira fîl-ghofrâni kallamami

Avec le souhait que la Miséricorde de Mon Seigneur, lors de son partage ***

Sera distribuée en proportion des désobéissances

La-alla rahmata rabbî hîna yaqsimouhâ***taetî alâ hassabil-isyâni fîl-qissami

Ô Mon Seigneur, fais que mon espoir auprès de Toi ***

ne soit pas contrecarré, et ce que j’ai pensé de Toi ne soit anéanti

Ya rabbi wa-jeal rajâ-î ghayra moun-akissi ladayka***wa-jeal hissâbî ghayra mounkharimi

J’implore Ton Affabilité, ici-bas et dans l’au-delà, pour Ton serviteur, qui ***

N’a pas de persévérance, et qui cède à l’épreuve des épouvantes

Wal-tof bi-abdika fîd-dârayni inna lahou***sabrane matâ tad-ouhoul-ahwâlou yanhazimi

Et mon invocation (Ô Allah) pour des nuées de salats de Toi, permanentes***

Sur le Prophète, par averses et pluies douces

Wa i-ethane lissouhbi salâtine minka dâimatine ***alân-nabiyyi bimounhalline wa mounsajimi

Autant que les branches du bâne (un arbre aromatique) seront balancées par les vents de l’Est (vents qui soufflent sur la porte de la Kaaba) ***

Et que les chamelles blondes ont été égayées par les mélodies du chamelier

Mâ rannahat adhabâtol-bâni rîhou sabâ***wa atraba al-îssa hâdîl-îssi binnaghami

Puis Ton Agrément pour Aby-Baker et Omar***

Ainsi que Ali et Uthman le bien généreux

Thoummar-ridâ ane abî bakrine wa ane omari ***wa ane aliyyine wa ane othmâna dhî al-karami

Et les siens (du Prophète), ses Compagnons et leurs successeurs qui sont ***

Les dignes de piété, de pureté, de mansuétude et de générosité

Wal-âli was-sahbi thoumma attâbi-îna fahoum***ahlou at-touqâ wan-naqâ wal-hilmi wal-karami

Ô Seigneur, par Al-Mostafa, fais aboutir nos objectifs***

Et fais-nous rémission pour le passé Ô Toi le Tout-Munificent

Yâ rabbi bil-Mostafâ balligh maqâssidanâ ***wa-ghfir lanâ mâ madâ yâ wâssial-karami

Et gracie Mon Dieu tous les musulmans par ***

Ce que nous récitons à la mosquée Al-Aqsâ et au Haram

Wa-ghfir ilâhî likoullil-mouslimîna bimâ***yatlouhou fîl-masjidil-aqsâ wa fîl-harami

Par le prestige qu’a auprès de Toi, celui dont le foyer à Taïba est un Haram***

Et dont le prénom est un jure parmi les plus solennels

Bijâhi man baytouhou fî tîbattine haramoun***wa-smouhou qassamoun mine aedhamil-qassami

Par cela la Burda d’Al-Mokhtar a été terminée***

Louange à Allah au début et à la fin

Wa hâdhihî bourdatoul-mokhtâri qad khoutimat***wal-hamdou liLlâhi fî bade-ine wa fî khatami

Ses vers ont été au nombre de cent soixante***

Fais dissiper mon chagrin par elle, Ô Toi Le Tout-Munificent

Abyâtouhâ qad atate sittîna ma-a mi-atine ***farrij bihâ karbanâ yâ wâssia-lkarami

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق